Le métier d’influenceur digital par ceux qui créent les tendances sur le web

Le 6 avril 2018

Actualité

Debrief de la conférence donnée à #IMF18

Le 31 janvier 2018, dans l’intimité du Couvent des Jacobins à Rennes, plus de 800 personnes ont participé à la 1ère édition de Inbound Marketing France. Une des conférences a rassemblé sur une même scène Arnaud Leroux, Manuel Diaz et Valentin Blanchot* pour échanger autour de leur vision du nouveau métier d’influenceur digital.

Roxane Wallesch, Manager Projet Marketing d’Influence chez SCOOR, a eu l’occasion de suivre cette conférence. Elle a également assisté à la rencontre “off” des 3 protagonistes la veille de l’événement. Le 1er échange entre Arnaud Le Roux et Valentin Blanchot était annonciateur du sujet qui allait les animer “Je le suis sur Twitter mais Valentin Blanchot ne me suit pas. Par contre, le Siècle Digital me suit”. C’est là, toute la complexité du métier d’influenceur qu’ils ont abordé pendant leur conférence.

Un influenceur c’est quoi ?

Manuel Diaz part d’un 1er constant, “nous sommes tous des influenceurs”. En ce point, il rejoint un jeune influenceur professionnel, Léo Duff, qui explique que dès lors que nous prenons la parole, que nous engageons ou que nous publions notre pensée, nous sommes l’influenceur de quelqu’un. Mais pour que cette influence soit effective, Manuel Diaz rappelle qu’il faut de l’engagement, de la mise en action et de l’interaction.

Un nombre élevé de followers n’est pas synonyme d’influence – Manuel Diaz

Certains sont starifiés mais leur contenu est creux. Valentin Blanchot rappelle d’ailleurs qu’être influenceur n’est pas une fin en soi. Pour Arnaud Leroux, l’influence est un phénomène dont on parle depuis environ 2012 mais c’est une action inhérente à une personne, dont certains se servent comme objectif dans la vie.

Pour résumer, pour être un influenceur digne de ce nom, vous devez :

  • Être conscient de votre action
  • Produire du contenu de qualité
  • Interagir avec votre audience

Influenceur est-ce un métier ?

Quand on leur pose la question, les 3 conférenciers ne se considèrent pas comme influenceur. Pour Arnaud Le Roux, “ce n’est pas un métier, c’est une expertise” qui requiert de donner un peu de soi. Manuel Diaz est plus nuancé. S’il parle bien de métier d’influenceur, il considère qu’il s’agit plutôt de la conséquence d’une expertise, mais qui n’est pas figé dans le temps. On peut être influenceur un jour et tomber dans l’oubli le lendemain. Il est impératif d’en avoir conscience pour ne pas tomber en dépression !
Si Valentin Blanchot est d’emblée présenté comme un influenceur, il insiste en précisant que c’est son média qui crée l’influence. C’est un influenceur B to B dont la vie n’a pas été transformé par sa prise de parole car il ne se met pas avant. Il estime donc qu’à ce jour son métier n’est pas d’être influenceur mais de produire du contenu pour en devenir un. Nuance !

Découvrez l’intégralité de la conférence “Le métier d’influenceur digital vu par ceux qui créent les tendance sur le web”

Influenceurs : et si le plus important était de savoir produire du contenu ?

Quand on parle d’influenceur, on a tendance à se dire que le contenu est orienté car derrière, se trouve une marque qui cherche à prendre la parole. Valentin Blanchot ne s’en cache pas, il a déjà été contacté directement par des annonceur pour rédiger du contenu en marque blanche. Cela n’a pas d’intérêt pour lui et cela ne lui confère pas autant de plaisir que sa propre édition.

C’est donc de façon très épisodique qu’il réalise de telles commandes – car oui dans ce cas là nous parlons bien de commandes : la demande amenant un échange pécunier, et surtout la marque précisant dès le début le ton donné au papier rédigé.

Quel est l’intérêt des marques à développer de l’influence ?

Pour Manuel Diaz, quand une marque fait appel à un influenceur, c’est pour répondre à un problème de crédibilité. Elles sont à la recherche d’authenticité dans leur communication. Authenticité, qu’elles ne retrouvent plus avec les media traditionnels.

D’ailleurs, Arnaud Le Roux est persuadé que les marques ont tout intérêt à utiliser les influenceurs mais à la condition de partager de façon intrinsèque les mêmes valeurs. Si la démarche est lancée dans le but d’augmenter son reech uniquement, alors le résultat sera creux et donc n’aura aucun effet positif.

Le conférencier va même plus loin : pour établir une stratégie d’influenceur réussie, une marque doit impérativement s’engager auprès d’eux. C’est un travail de partenariat plus que de commande qui doit être instauré. De plus, l’influenceur doit toujours indiquer que son contenu est sponsorisé, pour ne pas bluffer son lectorat. “De toute façon s’il ne le mentionne pas cela se voit,”estime-t-il.

Les followers ont besoin de crédibilité, de sincérité et de véracité.  – Arnaud Le Roux

Pour résumer cette conférence passionnante, difficile de définir explicitement le métier d’influenceur. La réponse est propre à chacun !
Mais les trois conférenciers sont d’accord sur un élément capital : un influenceur est avant tout un passionné ! A l’image de Manuel Diaz, Arnaud Le Roux et Valentin Blanchot qui ne se revendiquent pas influenceur, mais qui ont un réel plaisir à analyser les comportements de nos congénères.

* Qui sont les influenceurs de la conférence d’Inbound Marketing France ?

Arnaud Leroux

Ce caméléon du digital a déjà eu plusieurs vies dans sa carrière : il débute en tant que profiler avant de se convertir au digital il y a 20 ans. Au fil des ses différentes missions, Chief Digital Officer, conférencier, professeur, écrivain, coach, Arnaud Le Roux sait véhiculer sa vision du digital et de l’influence. Et bien au-delà des impacts du digital dans notre société, c’est l’analyse des comportements qui le passionne, comme un anthropologue des temps modernes.

Manuel Diaz

Ce pionnier du numérique est tombé dans le digital alors qu’il n’avait à peine 18 ans. Il a très rapidement compris les opportunités qu’offre la révolution digitale. 20 ans après, l’auteur du livre « Tous Digitalisés – Et si votre futur avait commencé sans vous ? » et président de Emakina.FR garde la même ligne de conduite en affirmant qu’il faut vivre avec son temps et rester connecter aux nouveaux modes de marketing.

Valentin Blanchot

Le CEO de Siècle Digital ne pensait pas que le digital prendrait autant de place dans sa vie. En lançant l’aventure avec son associé Arnaud Verchère en 2013, il se contentait d’écrire par passion, mais surtout en ayant en tête que seuls des étudiants liraient ses articles. Il s’est vite rendu compte que ses contenus étaient dévorés par des directeurs marketing. De quoi renforcer son envie de développer son lectorat. Il peut d’ailleurs se vanter depuis le début d’année d’avoir franchi la barre symbolique des 500 000 pages vues !

D'autres articles peuvent vous intéresser

La place de l’influence dans une stratégie média

L’influence, qui n’en a jamais entendu parler ? Encensée, décriée, il faut...

Du top tail aux micro-influenceurs : qui sont les influenceurs ?

Dans le dictionnaire le Robert, vous trouverez désormais le terme influenceur, défini ainsi : “n. Personne ayant...

Micro-influenceurs oui, mais influenceurs quand même !

Le marketing d’influence est devenu un levier business important pour les marques qui souhaitent communiquer efficacem...

Un projet ? Une idée ? Une question ?